Accueil

Un meilleur système d’infrastructures

Les problèmes avec le système d’infrastructures actuel des Premières nations sont bien connus – les infrastructures prennent trop de temps à développer, sont trop coûteuses à construire et ne durent pas assez longtemps. Cela contribue à l’obtention d’une gamme de mauvais résultats de santé, sociaux et économiques. Depuis plusieurs années, les Premières nations, les conseils tribaux, les groupes de services techniques et les organisations provinciales et territoriales travaillent à améliorer ce système d’infrastructures.

Les travaux visant à établir un meilleur système d’infrastructures des Premières nations sont bien avancés. Plusieurs Premières nations ont commencé à utiliser le financement à long terme en vertu de la Loi sur la gestion financière des premières nations (LGF) pour bâtir des infrastructures plus durables. Plusieurs organisations tribales, régionales et provinciales ont commencé à recueillir des renseignements, à développer la capacité, et à soutenir l’agrégation et d’autres gains d’efficacité liés aux infrastructures. Il est proposé que l’IIPN soit établie, en vertu de la LGF, comme institution à participation facultative, faisant partie de ce meilleur système. Tel qu’il est illustré, l’IIPN travaillerait avec les partenaires parmi les Premières nations à assurer des délais d’examen plus courts, un approvisionnement plus efficient, de plus longs cycles de vie des infrastructures, davantage d’innovations, des infrastructures durables sur les plans économique et financier, et un meilleur accès au capital.

La Loi sur la gestion financière et statistique des premières nations (LGF) offre des innovations importantes pour le système des infrastructures des Premières nations, à savoir l’accès au capital à long terme et davantage de pouvoirs fiscaux pour construire des infrastructures plus durables, plus rapidement. D’autres innovations sont toujours nécessaires pour rendre cette option plus largement disponible aux Premières nations intéressées. Il y a maintenant 230 Premières nations inscrites à la LGF, et plusieurs Premières nations promotrices ont demandé à la Commission de la fiscalité des premières nations (CFPN) de travailler avec elles à établir, en vertu de la LGF, une quatrième institution à participation facultative : l’Institution des infrastructures des Premières nations (IIPN). Elles ont proposé que l’IIPN travaille avec les autres institutions établies en vertu de la LGF, les Premières nations intéressées et les organisations autochtones partenaires à fournir au moins 10 innovations pour le système des infrastructures des Premières nations. Il s’agirait d’une institution à participation facultative et dirigée par les Premières nations, qui travaillerait à mettre en œuvre des innovations pour réduire le temps et les coûts, à construire et à entretenir desinfrastructures plus durables, et à soutenir des communautés et des économies autochtones plus saines.

Un meilleur système d’infrastructures des Premières nations aurait davantage de compétences, de recettes et de capacités au niveau local pour accélérer les décisions, mieux gérer les projets et les coûts, améliorer le fonctionnement et l’entretien, et générer des recettes suffisantes pour remplacer les infrastructures au besoin. Un meilleur système aurait des institutions autochtones tribales, régionales et provinciales pour offrir le soutien professionnel nécessaire à toutes les étapes du cycle des infrastructures, encourager les économies de coût par des agrégations et des normes, et assurer la durabilité des communautés par une planification intégrée et un meilleur accès aux recettes et aux ressources. Un meilleur système aurait une institution nationale pour améliorer l’accès aux capitaux pour financer les infrastructures, encourager et promouvoir les innovations, élaborer des normes, soutenir le développement de la capacité locale et régionale, accroître les recettes disponibles pour toutes les étapes du cycle des infrastructures, et offrir des options en matière d’assurance pour gérer les risques. Ce meilleur système d’infrastructures des Premières nations réduirait le temps et les coûts nécessaires au développement des infrastructures, accroîtrait la durabilité, améliorerait les résultats sur le plan social et de la santé, et soutiendrait la croissance des économies et des recettes des Premières nations, afin de bâtir des communautés et des nations durables.

À PROPOS

Une institution à participation facultative et dirigée par les Premières nations, qui travaillerait à mettre en œuvre des innovations pour réduire le temps et les coûts, à construire et à entretenir des infrastructures plus durables, et à soutenir des communautés et des économies autochtones plus saines …

Aperçu des recherches

La base de données FNII a et continue de mener un processus de sensibilisation et d’engagement.

S’APPUYER SUR LA LGF

La FNII s’appuiera sur le succès de la LGF